L’enseignement français à Casablanca, création coloniale oeuvre du résident Hubert Lyautey.

« Ne l’oublions pas, nous sommes au pays d’Ibn Khaldoun, qui arriva à Fez à l’âge de vingt ans, au pays d’Averroès, et leurs descendants ne sont pas indignes d’eux. » (Hubert Lyautey, Paroles d’action, 1927, p. 342).

L’impact de la colonisation a bouleversé le Maroc en profondeur à l’aube du XXe siècle. Si les fondamentaux civilisationnels, politiques, linguistiques et sociaux du Royaume, héritages de la longue durée historique, ont su perdurer, l’irruption de la pénétration européenne s’est traduite par un ajout de structures qui ont marqué le pays. L’enseignement français, et d’une manière plus large l’éducation, en font éminemment partie. Dans ce domaine, le protectorat instauré par le traité de Fès de 1912 a laissé son empreinte jusqu’aujourd’hui. Ses traces en sont particulièrement visibles dans l’agglomération de Casablanca-Mohammedia dont le premier résident général, Hubert Lyautey, a voulu faire le phare de la France au Maroc, ainsi que la porte du pays ouverte sur le monde et la modernité. Alors, dans quelles conditions l’enseignement français s’est-il implanté dans le premier port marocain ?

AU DÉBUT DU XXe SIÈCLE,  DANS  LA MÉDINA

Avant même qu’Eugène Regnault, ministre plénipotentiaire de la France à Tanger, signe le traité de protectorat à Fès en 1912 avec le sultan de l’empire chérifien Moulay Abd El Hafid, des formes embryonnaires d’enseignement francophone existaient à Casablanca. En effet, dès la fin du XIXe siècle, la présence européenne est signalée dans cette ville portuaire encore modeste, ceinte de murailles et de jardins où s’écoule l’oued Bouskoura. Elle ne dépasse guère les limites de l’ancienne médina actuelle. Cependant, le port de Casablanca si difficile d’accès car menacé par les hauts-fonds et la houle atlantique, retrouve un peu d’activité. Les entreprises de négociants étrangers établis dans les murs de la vieille cité stimulent l’exportation du blé et de la laine issus de la plaine de Chaouïa. Au début du XXe siècle, près de 25 000 habitants vivent à Casablanca. Parmi eux, on trouve une majorité de musulmans venus de différentes régions du Maroc, 4 ou 5 000 juifs et quelques centaines d’Européens. Ces derniers sont surtout des Espagnols, des Anglais, des Belges, des Allemands, quelques Portugais et des Français….

Pour lire la totalité de l’article, cliquez ci-dessous :

Au cours de la réunion du Bureau Exécutif de la Fondation Lyautey qui s’est tenue le samedi 16 septembre dernier, les membres du Bureau ont souhaité adresser à sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc ainsi qu’au peuple marocain, un message de condoléances et de soutien à la suite du tremblement de terre qui a entrainé de nombreuses pertes humaines et des dégâts matériels considérables.

Nos pensées vont aussi aux habitants de Aït Sedrate Sahl Gharbia, petite ville située près de Marrakech dans la vallée des roses que nous avions reçus l’an dernier au Château du maréchal Lyautey dans le cadre d’un jumelage avec Thorey-Lyautey, portant sur le développement durable et l’économie locale. 

Forte de son lien historique avec le Maroc, Thorey-Lyautey a souhaité prolonger et consolider cet héritage grâce à la mise en place de plusieurs actions destinées à tisser des liens humains forts entre les deux territoires en partenariat avec la Fondation Lyautey et la communauté de communes du Pays du Saintois :

  • travail autour des produits locaux,
  • du développement durable,
  • actions en faveur de la jeunesse,
  • des droits humains,
  • de la culture ou du sport.

Les 25, 26 et 27 août, Thorey-Lyautey a vécu à l’heure marocaine au travers de conférences, d’ateliers culinaires, de danses et de chants.

La Fondation Lyautey, son président Claude Jamati, et plusieurs membres du bureau ont eu le plaisir d’accueillir un certain nombre d’animations au Château de Thorey-Lyautey et dans son parc.

Le 10 mars 2023, à l’occasion de la Journée des droits des femmes et d’une émouvante cérémonie à Thorey-Lyautey en l’honneur de l’inauguration de la tombe de la Maréchale Inès Lyautey, 66 élèves de l’école Marie-Marvingt de Vézelise avaient été reçus au Château.

Il avait plu ce jour-là et la cérémonie, initialement prévue au cimetière, s’était tenue au Château. Mais le passage au Château fut rapide et suivi d’une cérémonie au cimetière.

Il avait alors été proposé aux élèves de revenir aux beaux jours visiter le Château et son Parc, en y prenant le temps.

C’est ce qui s’est passé le 7 juillet, juste avant le départ en vacances.

Après avoir honoré Inès Lyautey, les enfants de Vézelise sont venus découvrir sa « maison » à Thorey-Lyautey. Une maison construite entre 1920 et 1924. A cette occasion, les élèves ont découvert un  grand Lorrain, son époux Hubert Lyautey,  Maréchal de France et Académicien.

Après une carrière bien remplie au Tonkin et à Madagascar, il est nommé Résident Général du Maroc entre 1912 et 1925. Il est à l’origine du Maroc moderne dans le respect de l’architecture du pays.

Les 58 élèves de CM sont venus à pied de Vézelise avec leurs enseignants et des parents encadrants . Ensuite, les visites ont eu lieu en deux groupes, guidées par Patricia Geoffroy et par Claude Jamati.

Un pique-nique a permis à ce groupe jeune et sympathique de se restaurer avant le retour à Vézelise, en majorité encore à pied, un car ramenant les autres. Martine Crolotte, habitante de Thorey-Lyautey et membre de la Fondation, a contribué activement au bon déroulement de l’évènement.

Les enseignants et parents accompagnants ont été efficaces et tout s’est passé de façon harmonieuse et conviviale, par un temps ensoleillé et chaud. Le maire de Thorey-Lyautey, Philippe Lepape était présent pour accueillir le groupe et lors du pique-nique.

Ainsi le lien entre le Château de Thorey-Lyautey et les futurs citoyens du territoire a été activé. Le Maréchal Lyautey aurait sans nul doute été heureux de constater que sa « maison » était toujours visitée avec beaucoup d’intérêt.

Une journée très dense a rassemblé à Thorey-Lyautey, les membres de

l’association nationale Maréchal Lyautey (ANML) et ses invités.

Après un café d’accueil, l’assemblée générale de l’ANML s’est tenue dans

la salle à manger du Château. Ouverte par le Secrétaire général Alain

Vauthier, la réunion a donné lieu aux présentations suivantes : rapport

moral par le Président Claude Jamati, rapport financier par le Trésorier

général Jean-Pierre Arbey, point sur le fichier et les subventions par Alain

Vauthier et point sur les relations avec les institutions militaires et les

scouts par le Général Olivier Paulus. Toutes les questions mises au vote ont été

approuvées à l’unanimité.

La réunion a donné lieu également à une présentation du nouveau site internet

A noter que Florence Kuntz est entrée au conseil d’administration en remplacement de Xavier Mersch (décédé) et que Serge Mucetti a intégré le bureau suite à la démission de Franck Galland.

Ensuite une messe a été célébrée en l’église St Laurent par le père François Geoffroy.

Puis une cérémonie a eu lieu au Mausolée du Parc du Château en présence des

autorités civiles et militaires, et de nombreux porte-drapeaux. Après une brève

allocution de Claude Jamati, des gerbes ont été déposées par la Fondation

Lyautey, le député Dominique Potier représenté par sa suppléante Audrey

Bardot, par ailleurs Vice-Présidente du Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Jérôme Klein, Président de la Communauté de Communes du Pays du

Saintois, et Philippe Lepape, Maire de Thorey-Lyautey.

Ensuite, Claude Jamati a dévoilé une plaque en hommage à son prédécesseur le

Colonel Geoffroy (voir texte séparé) en rappelant son parcours professionnel et

son rôle exceptionnel pour faire vivre la mémoire du Maréchal Lyautey.

Puis après un vin d’honneur dans la cour et un coquetel déjeunatoire dans le
château, une conférence a été donnée par Emmanuel Hecre, référent culturel
et mémoires au Conseil Départemental de Meurthe et Moselle sur le sujet « De
Crévic à Thorey, les maisons de Lyautey ».
Cette journée conviviale et vivante s’est achevée par une visite du Château
pour ceux qui le souhaitaient.

Le dimanche 9 juillet 2023, à l’issue de son assemblée générale, l’association nationale Maréchal Lyautey a rendu un hommage civil et militaire à son président-fondateur, le colonel (er) Pierre Geoffroy décédé le 3 novembre 1920. Ainsi a été dévoilée une plaque en sa mémoire avec la mention : « In memoriam du colonel d’infanterie Pierre GEOFFROY (1930-2020), sans qui le château de Thorey-Lyautey et son patrimoine auraient pu disparaître, Président Fondateur de l’Association nationale Maréchal Lyautey (1980-2020) et Président de la Fondation Lyautey (1980-2020), Chevalier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’ordre national du Mérite,  Officier de l’ordre du Ouissam Alaouite (Maroc) ».

Claude Jamati a brièvement rappelé le parcours de son prédécesseur, dans le sillage de Lyautey, en commençant par un groupe Lyautey de louveteaux, puis son départ pour l’Indochine à 23 ans après avoir lu les « Lettres du Tonkin ». Ensuite ce fut son affectation en Algérie, où il construit une école et un dispensaire. Retraité en 1981, il consacre 40 ans de sa vie à défendre « l’héritage et les valeurs du maréchal ». Voulant maintenir Thorey en état, il crée l’association nationale Maréchal Lyautey qui reçoit assez de dons pour pourvoir à l’achat du château et de ses collections.

Les adhérents de l’Association Nationale Maréchal Lyautey sont invités à participer à l’Assemblée Générale qui se tiendra le dimanche 9 juillet à 9h00 au Château de Thorey-Lyautey. Nous vous attendons nombreux et vous remercions de nous faire part de votre présence en nous retournant le coupon-réponse annexé à l’invitation que vous avez reçue.

Parc du château Thorey-Lyautey, fleuri à l'arrivée du printemps.